mardi 23 décembre 2008

Meilleurs Voeux !


Une très bonne année à tous ceux qui passent ici. Remarquez bien que je la souhaite aussi à ceux qui ne passent pas ici mais qu'ils n'auront probablement pas l'opportunité de le savoir... Et oui, c'est comme ça. "C'est l'jeu ma pov' Lucette" comme dirait l'autre...

lundi 22 décembre 2008


L'action se déroule en 1938 à Tunis. Les troupes du GRD 97 s'apprêtent à rentrer en France afin d'y participer à la campagne de France...
Merci à Stephan pour cet envoi.

jeudi 18 décembre 2008

En dépit de la surproduction de Samuel, je n'en oublie pas pour autant L'alternative. Philippe et Stephan développent, parallèlement aux planches, les nombreux personnages secondaires qui croiseront la route du héros. Voici donc Rose, aussi belle que le suggère son prénom. Et toute aussi piquante...
Parti sur sa lancée, Samuel vient d'attaquer les SB. Voici celui de la planche 1.

Mise en situation 2


Nous sommes convenus Samuel et moi de faire appel à un coloriste. Je viens d'en contacter un premier (merci Philippe) dans l'espoir qu'il accepte de présenter le projet avec nous.

dimanche 14 décembre 2008

Soirée merveilleuse

Un petit film enregistré à l'occasion de la soirée merveilleuse à l'Intercontinental de Tahiti. Ces belles jeunes femmes font parti du groupe "Les grands ballets de Tahiti" et même si le spectacle a perdu quelque peu en authenticité depuis les quelques années que je ne l'avais vu, cela reste très très beau... A la limite du merveilleux... ;)
Imaginez les marins qui, dans les temps anciens, venaient de parcourir plusieurs milliers de miles, avaient affronté les tempêtes du Cap Horn ainsi que celles du mal nommé Océan Pacifique, et qui, après parfois presque une année, atteignaient enfin les rivages d'un île polynésienne. Fidèles à leurs traditions de bienvenue, les autochtones organisaient une grande fête avec une part belle à ces danses... Vous auriez pas craqué si vous aviez été à leur place, hein ?!!!
Bon, c'est vrai que personnellement, dans les temps anciens où j'étais célibataire, il ne me suffisait que de 21 heures de vol entre Paris et Papeete pour craquer totalement... ;) M'enfin, je vous laisse regarder quelques secondes. Et si les demoiselles qui passent sur ce blog me le demandent très gentiment, je leur montrerai un petit film dans lequel on voit des danseurs... ;)

video

Mises en situation

Suite à la suggestion de Laurent, Samuel et moi sommes tombé d'accord pour qu'il s'essaye à quelques mises en situation. En voici une sur laquelle on peut voir Jeannine et Sudesh devant leur van (très typique, très "cliché", il est vrai ;)) qui aura une certaine importance dans le récit.

mercredi 10 décembre 2008

Hotel California

Je ne vous ferais pas l'injure de vous demander si vous connaissez ce célèbre tube des Eagles sorti en 1976 et dont j'emprunte le titre pour notre projet. Mais je me devais quand même de vous permettre de parcourir les notes de ce blog qui y sont consacrées tout en musique. Et quoi de mieux que la chanson elle même ? N'est il pas ?...
Merde, pourquoi est ce que j'ai besoin d'autant de blabla pour introduire cette chanson ? C'est dingue ! Allez, bonne écoute !


Découvrez Eagles!
Quelques personnages supplémentaires...


Bernard ("Le muet", "la chique", "la chance")
Le gamin



Dédé et Momo

mardi 9 décembre 2008

Il ne dort donc jamais...

Samuel l'avoue lui-même : fervent adepte des Rolling Stones, il les a imités dans leur méthode consistant à s'injecter en intraveineuse de la caféine pure (et peut-être quelques autres produits illicites mais cela ne nous regarde pas !). Je reçois des mails à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Et c'est chaque fois avec un réel plaisir et étonnement que j'ouvre les pièces jointes qui les accompagnent. L'un des derniers en date propose une typo pour le titre... La voici :
Les recherches de Samuel se poursuivent à un rythme effrénée. Voici donc Sudesh et Jeannine :

lundi 8 décembre 2008

Tahiti et plus généralement la Polynésie française évoquent les grandes plages de sable blanc, les cocotiers, les hôtels luxueux... On oublie parfois qu'il existe des richesses et des paysages magnifiques à l'intérieur même des îles. Hier après-midi, en compagnie d'amis, nous nous sommes enfoncés jusqu'en son centre. Voici quelques photos qui remplaceront sans problème un de mes (trop) longs discours...
Le plus grand mont (dont honte à moi, j'ai oublié le nom) culmine à environ 1800 mètres... Il n'y fait toutefois pas suffisamment froid pour que l'on y trouve de la neige... De la neige à Tahiti, il manquerait plus que ça !
J'ai eu beau scruter avec attention, je ne suis pas parvenu à apercevoir l'une des ces belles Vahinés de la pub de Tahiti douche... Snif !

Traversée dangereuse... Ce pont est limité à 3,5 tonnes. Courageux, j'ai prétexté de prendre le 4x4 en photos pour le traverser à pied... C'est que je suis malin sans en avoir l'air... ;)
Végétation luxuriante et rivières dans lesquelles il fait bon se baigner.

Orchidée sauvage poussant un peu partout. J'en ai prélevé quelques pousses pour mon propre jardin... Ah, oui, faudra que je vous en parle un de ces quatre !

dimanche 7 décembre 2008

Premières études

Après avoir contacté Bruno Duhamel et Mathieu Reynès afin de leur proposer le projet, collaboration qu'ils ont refusé pour cause de "déjà trop travail" (que leurs scénaristes respectifs soient maudits jusqu'à la 18ème génération !) et car l'univers se rapprochait trop de ce qu'ils avaient déjà faits sur d'anciens projets, je m'apprêtais à ranger le projet dans un carton en attendant des jours meilleurs quand le "bip" me signifiant de l'arrivée d'un email retentit, occasionnant au passage la protestation véhémente de mes enfants occupés à regarder leur épisode quotidien des Winx. Samuel Arrivé est illustrateur et se proposait donc de faire un essai sur le projet ce que je ne pouvais pas vraiment lui refuser au vu des beaux dessins accompagnant son envoi. S'en est suivi une échange de mails et l'envoi des premières études de personnages. Et je dois bien avouer que je suis pour le moins séduit par la rapidité de réaction et l'interprétation du descriptif des personnages que je vous livre ici en même temps que les dites études... Elles ont besoin d'être cleanées et certains personnages doivent être finalisés avant que je vous les montre mais je les trouve pour le moins encourageantes.

Jeannine : Fille de militaire, Jeannine s’est enfuit très jeune d’un foyer au sein duquel elle ne parvenait pas à s’épanouir et encore moins à mettre en pratique les préceptes vers lesquels sa nature douce et aimante la poussait. Elle a rencontré Pierre Henri (alias Sudesh) en Inde. Rentrée précipitamment en France après qu’elle ait failli mourir suite à une overdose, elle tend désormais à se tenir éloignée de la drogue. D’autant plus depuis qu’elle est tombée enceinte. L’image de la jeune femme enceinte et radieuse n’a jamais eu autant de sens qu’avec cette belle jeune femme âgée de vingt cinq ans qui passe son temps à caresser son ventre avec un sourire béat aux lèvres.

Pierre-Henri (alias Sudesh) : D’origine belge, Pierre-Henri a renié sa famille bourgeoise pour parcourir le monde en quête de rencontres épanouissantes. Celle qu’il fit avec Jeannine fut une consécration au point qu’il n’hésita pas à appeler sa famille à l’aide pour rapatrier d’urgence la jeune femme mourante. Détestant son prénom qui lui rappelle trop ses origines, il se fait appeler Sudesh ; ceci lui confère une certaine aura auprès de ses congénères hippies et il s’en félicite. Cet homme d’une trentaine d’années porte en permanence de petites lunettes rondes teintées en rouge ; elles l’aident, aime t’il à répéter, à voir la vie en rose.

Depuis que Jeannine est tombée enceinte, tous deux songent à se sédentariser.

Lino : « Monsieur Lino » comme beaucoup le surnomment, est, à 45 ans, une figure du grand banditisme marseillais. Unanimement reconnu et respecté dans le milieu pour son intégrité, il s’est mis, il y a quatre ans, en ménage avec Lulu, la tenancière d’un bordel. L’annonce de la maladie incurable de sa compagne alliée à une profonde lassitude vis-à-vis d’une vie dont la moitié se passa derrière les barreaux lui ont fait envisager d’en changer. Seulement voilà, il faut de l’argent pour cela et il n’y pas trente six façons d’en trouver rapidement et « facilement »…

André (alias Dédé) : Lino et lui se sont rencontrés sur les bancs de l’école communale et ne se sont plus séparés depuis, accumulant autant de coups d’éclats que foireux. Des années au placard lui ont appris que la clé de la réussite d’un casse reposait principalement sur un minutage précis et une équipe de confiance. Et il a toutes les raisons d’être inquiet. Pourtant, Il est à mille lieux de se douter d’où proviendra le boulon dans son engrenage bien huilé…

« Crazy » John : D’origine irlandaise, ce newyorkais au visage d’ange est arrivé un beau jour à Marseille, un contrat sur sa tête émis par la mafia sicilienne. Tous ceux qui ont tenté de le remplir se sont cassé les dents sur John Mulligan qui s’est fait un plaisir de les rectifier avec une sauvagerie digne du psychopathe qu’il est. Il a récemment appris que le contrat avait été annulé et songe à rentrer au pays. Mais il veut que ce soit auréolé de gloire et plein aux as. Comme si cela ne suffisait pas, Crazy John a un réel problème avec les femmes, sa satisfaction sexuelle ne passant que par leur humiliation, voire pire…

François (alias le gamin) : Objet de toutes les convoitises de la part des détenus de la prison des Baumettes au sein de laquelle il purgeait une peine pour vol de voiture, le gamin n’a du son salut qu’à sa mise sous protection par monsieur Lino. A sa sortie, il est devenu un chauffeur efficace auquel on fait de plus en plus appel.

Bernard : Dans le milieu marseillais où l’on aime affubler ses membres de sobriquet évocateurs, Bernard est un cas à part. Il est d’abord « le muet » car il ne parle jamais au point que tous sont persuadés qu’il l’est vraiment. Il est ensuite « La chique » pour sa propension à mâcher du tabac et à cracher un jus noirâtre, peu importe l’endroit où il se trouve. Il est enfin « la chance » car en trente ans de métier, pas une seule fois les policiers ne sont parvenus à l’arrêter ou à l’impliquer dans un casse…

Marc et Lucien (alias Les jumeaux) : Fils d’un malfrat ayant fait les belles heures du banditisme sous l’occupation, les jumeaux ne se caractérisent pas par leur intellect. Toutefois, ils sont reconnus comme des hommes de main efficaces et de redoutables tireurs.

Maurice (alias Momo le gorille) : Autant les jumeaux sont conscients de leurs limites intellectuelles, autant Momo le gorille, leur frère, surnommé ainsi en raison d’un physique de catcheur et de sa force herculéenne, se prend pour le cerveau de la famille. Ceci n’est malheureusement pas le cas et sa bêtise lui a déjà valu plusieurs années de placard. Cela ne l’empêche toutefois pas de persévérer…

Henri : Commissaire à l’évêché, Henri a connu Dédé et Lino sur les bancs de l’école. Bien qu’il éprouve pour ce dernier respect et amitié, il n’hésiterait pas un seul instant à le jeter en prison s’il enfreignait la loi…



Tout y est : les crayons, les pinceaux, la planche en cours de réalisation, le paquet de clopes (on imagine le braséro autour du bureau... ;)), le briquet (pour bruler les planches dont il n'est pas satisfait), la bouteille contenant un liquide que la morale réprouve mais apte à faire entrer l'artiste dans un état de transe psychédélique...
Merci à Stephan pour cet envoi en forme de clin d'œil et je bave d'avance à l'idée de voir cette planche dont le crayonné est très prometteur...

mercredi 3 décembre 2008

Une séquence au cours de laquelle le héros est reçu par le tristement célèbre Müller. Beaucoup de tension en perspective et merci à Philippe pour son travail...

ClickComments