samedi 2 février 2008

Nouveau projet – Le Straight photographer

Dans ma bafouille du nouvel an, j'avais évoqué une prochaine collaboration avec Cédric Hervan, le très talentueux dessinateur du dernier des Schoenfeld (série à paraître prochainement chez Glénat). Les choses se sont un peu plus précisées dernièrement et on peut parler d'une piste intéressante quant à une future publication. Toutefois, tant que rien n'aura été signé, je ne me risquerai pas à pérorer. A force de déconvenues, on en devient plutôt prudent et même… superstitieux.

Pour ce qui est de l'histoire à proprement dit ou du moins ce que je peux vous en dire à ce stade, elle met en scène un photographe au début du siècle dernier. A l'époque, la photographie était encore considérée à de nombreux titres comme une extension de la peinture. A ce titre, les photographes veillaient à « flouter » leurs réalisations afin de leur donner l'aspect d'une peinture. Or, dès le début du XXème siècle, sous l'impulsion d'Alfred Stieglitz et Edward Steichen, deux photographes newyorkais, se créa « Photo Sécession » ; ce mouvement visait notamment à restituer chaque détail d'un cliché avec une netteté parfaite. On considère que ces « Straight photographer » posèrent les règles de la photographie moderne.
Vous l'aurez compris, le héros de notre histoire, Emile Fargues, s'inscrit dans cette mouvance. C'est un jeune homme fasciné par les femmes et plus particulièrement par sa cousine (cette dernière pouvant s'apparenter à la marquise de Merteuil dans les liaisons dangereuses). Au début de notre histoire, Emile est photographe de guerre dans une unité sur le front. Nous sommes à l'été 1916 et la guerre des tranchées est plus meurtrière que jamais ; Emile restitue comme il le peut le quotidien des poilus. De fil en aiguille, sous forme de flash-back, le lecteur est invité à découvrir ce que fut sa vie avant la guerre et surtout la terrible machination dont il fut la victime…

Voilà, ce n'est pas forcément clair comme résumé mais je dois bien avouer que l'histoire est assez complexe. Je ne vous raconte pas combien je redoute le moment où il va me falloir rédiger la note d'intention ! ;) En attendant, j'ai plusieurs dizaines de planches à découper. Donc je vous laisse avec cette petite étude de Cédric ; d'autres sont disponibles sur le diaporama à votre droite.

4 commentaires:

AL a dit…

FONCE!

anne-sophie a dit…

Tu as toujours des idées passionnantes, j'ai hâte d'en savoir plus :) Dis donc, faut qu'on copine avec toi, dans les 10 ans à venir, tu vas être un des "grands" du scénario !

Edouard Chevais-Deighton a dit…

AL : Merci pour l'encouragement.

AS : Est ce une prédiction ? ;)

Cédric Hervan a dit…

WAOUH ! Quel talent !!!
Hum hum!!!
Et modeste en plus... :-)

ClickComments