samedi 12 janvier 2008

Magnifique !

Les samedi après-midi à Brest, quand je ne rentre pas chez moi donc, sont parfois, souvent longs, très longs. Aussi, depuis quelques temps, j'ai pris l'habitude de me faire une petite séance de cinéma. Ca me replonge au temps où, plus jeune, je hantais littéralement les salles obscures, allant voir tout et n'importe quoi. En la circonstance, je ne m'octroie qu'un à deux films par mois. D'où la nécessité de bien choisir… Je dois bien avouer qu'après être allé voir Into the Wild de Sean Penn cette après-midi, je suis sorti enchanté. Ou plutôt non, ce n'est pas vraiment le terme, je dirais plutôt envouté par cette magnifique histoire, emprunt de cette nostalgie qui me submerge quand un film a su réellement me toucher.

Ce film qui dure pas loin de 2h30 (allez faire pipi avant, c'est impératif) raconte l'histoire « vraie » de Christopher McCandless, jeune étudiant américain de 22 ans, qui, en 1990 rejeta en bloc ses parents et la société de consommation et décida de faire la route afin de se trouver lui-même. Pour se faire, il commença par donner l'intégralité de ses économies, brula sa carte d'identité (il choisit le pseudo d'Alexander Supertramp) et découpa toutes ses cartes de crédit. Sa route l'amena à rencontrer des gens formidables avec qui il se lia un temps avant de repartir vers son but ultime : l'Alaska et la liberté ultime. C'est dans un bus perdu au milieu de nulle part qu'il s'établit, se confrontant à la rudesse de cette région et trouvant les réponses à ses questions à travers ses expériences et ses lectures.


Si l'histoire de Christopher a fait débat aux Etats-Unis –les alaskiens ne comprirent pas pourquoi on avait fait un héros de ce jeune homme qu'ils jugeaient quant à eux imprudent – et que Sean Penn, auteur également du scénario, l'a probablement romancée, je préfère croire malgré tout que Christopher était effectivement ce jeune homme extraordinaire qui eut le courage de ses opinions et vécut assez pour parvenir aux termes de sa quête initiatique. Un film magnifique à aller voir sur grand écran, ne serait ce que pour profiter des paysages magnifiques qui y sont filmés.



Into the wild - Bande annonce
envoyé par myspacejimleejunior

2 commentaires:

pisolithe a dit…

Merci pour ce conseil cinématographique, au tarifs ou sont les entrées, un avis est précieux, surtout quand le budget est juste...
Je n'ai donc pas vu le film, seulement la bande annonce et son sujet qui dérange (?), le choix de liberté du héros.
En même temps c'est effrayant de ce dire que dans cette société, la moindre prise de risque est aussitôt pointé du doigt et taxé d'irresponsabilité, de la à être assimilée à une tentative d'évasion, l'idée n'est pas loin.
Tout ça pour mieux nous vendre des assurances pour tout.
Quelle insolence d'aller mourir dans un endroit pommé sans ses papiers. Ce qui est dommage, c'est que le héros n'a pas l'opportunité de vieillir, c'est d'ailleurs ce qui m'a fait hésité à aller voir le film.
Aller, pour ne pas plomber la journée, j'ose espérer que d'autres "anonymes" ont réussi leur évasion à long terme.

Edouard Chevais-Deighton a dit…

salut pisolithe,
On ne retiendra probablement que le héros qui est mort à cause (ou pour) ses idées. Ceux qui survivent finalement sont beaucoup moins romantiques... ;)
Content que ma petite bafouille en ait convaincu au moins un d'aller voir ce très beau film.

ClickComments